La Vie après la Mort

La Vie après la Mort

 

 

Serge n'était pas d'ici. Combien de fois il m'a dit :
« J'ai l'impression de venir d'une autre planète »
Ainsi quand son heure est venue, il s'en est allé alors qu'il était si jeune encore. Il est mort, un petit sourire aux lèvres. Lorsque je l'ai vu la première fois à la morgue, je lui ai demandé pardon, pardon de ne pas l'avoir compris toujours, de l'avoir mal aimé sûrement, je lui ai accordé mon pardon aussi pour toutes les peines, que, sans le vouloir sans doute, il m'avait fait endurer....

Depuis son départ, un autre lien s'est créé entre nous, un lien nouveau, qui nous a rendus autres, comme si nous avions ensemble... ressuscité.
En se manifestant et en communiquant avec moi par le rêve, Serge m'a été en somme rendu, à moi sa mère, mais dans cette autre altérité qui est la sienne maintenant. En s'éveillant à cette autre dimension de lui-même, il m'a éveillée à cet espace intérieur qui déjà était mien mais que je ne connaissais pas. Je suis autre, il est autre !

Avec ces rêves est venu effectivement à ma conscience ce que mon inconscient, ma fontaine de vie, ma matrice de renaissance, ma source de renouvellement, savaient déjà Des profondeurs, de l'ombre, de mon inconscient , devaient jaillir vers la lumière les enseignements de ces rêves. Ils ont ramené à la surface ce que mon âme a de plus intime, ils m'ont permis d'aller à la rencontre de moi-même, de ce qui m'appartient, ils m'ont rattachée à la totalité de mon être.

Si ces rêves m'ont fourni des enseignements sur moi-même, ils m'ont donné aussi des enseignement sur la vie incarnée de mon fils, sur le sens qu'il me fallait accorder à cette existence. Ils ont ouvert ma conscience à la grandeur et à la profondeur de l'Univers, à la présence du Divin en tout et partout, au mystère incommensurable et à l'amour inconditionnel de Dieu.....

Ce contact d'âme à âme avec mon fils Serge m'a permis de tenir le coup, de ne pas perdre pied dans les sables mouvants de la vie quotidienne, de ne pas mourir avec lui surtout.

Ces retrouvailles, ô combien bénéfiques, m'ont aussi permis de mieux comprendre le désarroi et la souffrance des autres, de ceux/celles qui sont en manque de ce proche qu'ils/qu'elles aimaient et qui les a quittés. J'ai compris surtout la détresse, l'ayant moi-même éprouvée, des mères désenfantées, crucifiées par la disparition de ce qui fut la chair de leur chair !

On peut penser que rien n'est plus terrible que la mort d'un enfant, que ce n'est pas dans « l'ordre des choses» ; et il reste bien difficile d'admettre, d'accepter, que cette mort s'inscrive peut-être dans un dessein qui est de l'ordre de la création , et que cela pourrait nous échapper.

Grâce à ces rêves, et à l'expérience dramatique de mon vécu, j'essaye d'offrir ma compassion et mon écoute en toute union de coeur et d'esprit, j'essaye d'accompagner, d'aider, de soutenir, ceux, celles, qui sont en train de flancher, qui sont parfois au bord du gouffre, j'essaye de leur montrer que malgré tout je suis encore debout et que mes blessures même si elles ne refermeront jamais, se cicatrisent petit à petit, j'essaie de leur dire que la vie et l'amour sont plus forts que la Mort .

Leur dire aussi que la Mort est une nouvelle vie, que notre proche est bien vivant, même si c'est dans un autre ailleurs, que la mort est une naissance au ciel...